Date de publication21 Aug 2022 - 16:46
Code d'article : 562409

Israël dans un trou qu'il a lui-même créé

Taghrib(APT)
Taghrib(APT)- Un proverbe persan dit : " Pourquoi sur terre un homme sage fait-il une chose qui le conduirait à la contrition ? ". Cela semble s'appliquer parfaitement à Israël ces jours-ci en ce qui concerne son opposition autrefois farouche au PAGC.
Israël dans un trou qu
En 2018, alors que le monde entier mettait en garde contre les conséquences d'un sabordage de l'accord nucléaire, officiellement appelé PAGC, le Premier ministre israélien de l'époque, Benjamin Netanyahu, a décidé d'aller à l'encontre de la tendance et de pousser le président américain de l'époque, Donald Trump, à quitter le PAGC. Cette décision s'est retournée contre Israël, selon les médias israéliens. 

La chaîne de télévision officielle israélienne, Kan, a rapporté que les responsables de la sécurité israélienne ont exprimé en privé leur regret quant à la pression exercée par Tel Aviv sur Trump pour qu'il abandonne le PAGC en 2018, selon Al Araby Al Jadeed. 

Cette contrition, selon le rapport, est née de la conviction que l'Iran et les grandes puissances reviennent au même accord à un moment où l'Iran a réalisé de grands progrès dans son programme nucléaire, notamment dans le domaine de l'enrichissement de l'uranium, ce qui aurait pu être évité sans le retrait de Trump du pacte nucléaire. 

L'opposition interne aux politiques anti-PAGC d'Israël n'est pas nouvelle. Les responsables israéliens du renseignement et de la sécurité appellent depuis longtemps à un retour au PAGC.  En février 2021, un groupe d'anciens responsables de la sécurité et du renseignement a envoyé une lettre à M. Netanyahou pour exprimer son soutien à un retour des États-Unis au PAGC. 

La lettre indiquait qu'elle "salue l'initiative américaine visant à amener l'Iran à suivre à nouveau de manière transparente les directives du PAGC, tant qu'elle inclut un engagement iranien à respecter la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies."

Plus tard dans l'année, d'autres anciens responsables ont renouvelé leur soutien à une relance du PAGC. Et au début de l'année 2022, même les responsables du renseignement en poste ont commencé à découvrir les avantages d'un accord avec l'Iran. Le chef du renseignement militaire israélien a déclaré aux ministres, lors d'une réunion du Cabinet de sécurité en janvier 2022, qu'Israël se porterait mieux si les négociations sur le nucléaire iranien aboutissaient à un accord plutôt que de s'effondrer sans accord. 

Mais toutes ces voix de l'opposition avaient un point commun : elles provenaient d'un camp de responsables qui étaient sceptiques quant à l'abandon du PAGC par Trump. 

C'est ce qui les différencie des voix actuelles qui semblent avoir d'abord soutenu le retrait de Trump, puis ont fini par croire que cette décision était une erreur.

Israël s'est empressé de démanteler le PAGC en croyant que l'Iran était incapable de répondre d'une manière qui ferait regretter aux faucons de l'Iran leur opposition au PAGC. En 2019, l'Iran a procédé de manière mesurée et a réduit progressivement ses engagements nucléaires tout en laissant la porte ouverte à l'Occident pour rattraper son erreur.

Depuis avril 2021, l'Iran et ses partenaires de négociation ont entamé des négociations à Vienne pour rétablir le PAGC. Reste à savoir si ces négociations aboutiront à un accord. Mais Israël semble déjà préoccupé par ce qui sortira de Vienne. Et c'est le résultat d'un manque de sagesse.
http://www.taghribnews.com/vdcawunmo49niy1.z5k4.html
votre nom
Votre adresse email