Date de publication3 Aug 2022 - 12:17
Code d'article : 560171

Les sanctions américaines ne font pas bouger l'Iran

Taghrib(APT)
Taghrib(APT)- Dans un geste qui contredit sa politique déclarée de retour à l'accord de 2015 sur l'Iran, l'administration Biden a imposé de nouvelles sanctions contre l'Iran qui viseraient les entreprises étrangères facilitant les ventes de pétrole iranien.
Les sanctions américaines ne font pas bouger l
Ces sanctions sont intervenues alors que l'administration Biden, tout en s'abstenant de prendre des décisions politiques pour conclure les négociations sur la relance de l'accord nucléaire de 2015, a rejeté la responsabilité de la pause dans les négociations sur l'Iran, bien que ce dernier ne cesse d'annoncer qu'il est prêt à conclure les négociations dans un court laps de temps. 

Le ministre iranien des affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, a annoncé lundi que l'Iran était prêt à conclure un accord. "Je veux réitérer une fois de plus que nous sommes sérieux dans notre volonté de parvenir à un accord bon, fort et durable. Si la partie américaine se comporte de manière réaliste et fait preuve de la flexibilité nécessaire dans les éventuelles négociations, la conclusion d'un accord ne sera pas hors de portée", a-t-il déclaré, selon Fars News.

Et le négociateur en chef de l'Iran, Ali Bagheri Kani, a déclaré que l'Iran était prêt à conclure les négociations dans un court laps de temps si les États-Unis étaient prêts à faire de même.  

Mais les appels répétés de l'Iran en faveur de la conclusion des négociations semblent être tombés dans l'oreille d'un sourd à Washington. Les nouvelles sanctions américaines ont suscité une vive réaction de la part de l'Iran, qui estime que ces nouvelles sanctions sont destinées à lui arracher des concessions. 

Amir Abdollahian a déclaré que les États-Unis ne peuvent pas obtenir de concessions à la table des négociations en imposant des sanctions. 

"Les Américains ne devraient pas penser qu'ils peuvent obtenir des concessions à la table des négociations avec ces mesures. Ils devraient abandonner leurs demandes excessives et s'ils continuent à poursuivre de telles demandes, nous ne resterons jamais les bras croisés", a-t-il déclaré.

Amir Abdollahian a déclaré que l'Iran a répondu aux nouvelles sanctions en injectant du gaz d'uranium dans des centaines de centrifugeuses avancées. "Nous sommes témoins de la folie d'imposer des sanctions, qui bien sûr ne sont qu'un spectacle et n'ont aucun impact tangible sur le terrain. En réponse à cette action américaine, nous injectons du gaz dans des centaines de centrifugeuses de nouvelle génération", a-t-il déclaré. 

Le ministre iranien des affaires étrangères a déclaré que les nouvelles sanctions ont été imposées à un moment où toutes les parties examinaient l'initiative présentée par le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell. Les parties, a-t-il poursuivi, envisagent un nouveau cycle de négociations à Vienne. 

Cela semble être la raison pour laquelle l'Iran a vivement réagi à l'initiative américaine. Car l'Iran a déclaré qu'il n'acceptait jamais des négociations sous pression. 

Depuis avril 2021, l'Iran et les États-Unis mènent des négociations indirectes en vue de relancer l'accord nucléaire de 2015, officiellement appelé "plan d'action global conjoint" (JCPOA). Huit cycles de négociations ont eu lieu jusqu'à présent, le dernier s'étant déroulé à Doha, au Qatar. À l'issue des négociations de Doha, l'Iran a déclaré qu'il avait pris toutes les décisions politiques nécessaires pour conclure les pourparlers et qu'il incombait aux États-Unis de faire leur part. Mais les États-Unis ont rejeté la faute sur l'Iran et, avec leurs alliés européens, ont même accusé l'Iran de recourir à des tactiques dilatoires, ce que l'Iran dément fermement. 

Les nouvelles sanctions américaines semblent avoir pour but de modifier le calcul de l'Iran et de le forcer à accepter le projet d'accord actuellement sur la table. Mais la réponse nucléaire de l'Iran a montré que Téhéran n'est pas prêt de céder. En outre, les sanctions américaines pourraient nuire davantage à la crédibilité de l'engagement de l'administration Biden en faveur de la diplomatie avec l'Iran. De nombreux experts iraniens estiment que les nouvelles sanctions sont révélatrices de l'approche contradictoire des États-Unis à l'égard de l'Iran, ce qui pourrait renforcer l'insistance de l'Iran sur ses exigences. 
http://www.taghribnews.com/vdcef78nzjh8pzi.d9bj.html
votre nom
Votre adresse email