Date de publication30 May 2022 - 14:26
Code d'article : 551583

Des Israéliens frappent des Palestiniens alors que des extrémistes juifs prennent d'assaut Al-Aqsa

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Des centaines de nationalistes religieux juifs ont pris d'assaut dimanche le deuxième site le plus sacré de l'Islam sous la protection de la police israélienne, suscitant l'indignation et la colère des musulmans du monde entier.
Des Israéliens frappent des Palestiniens alors que des extrémistes juifs prennent d
L'assaut a eu lieu avant ce que les Israéliens appellent le "Jour de Jérusalem", qui marque l'occupation de Jérusalem par Israël lors de la guerre de 1967. Chaque année, des centaines de groupes d'extrême droite israéliens organisent une procession provocante dans la vieille ville pour marquer la marche du drapeau israélien qui tombe le jour de Jérusalem. Cet événement s'accompagne presque toujours d'une mise en garde contre une éventuelle flambée des tensions entre Israéliens et Palestiniens.

Tout comme de nombreuses autres occasions pour les Israéliens, notamment le Jour de l'Indépendance, le Jour de Jérusalem représente un chapitre sombre de l'histoire de la Palestine. Avec leur marche annuelle des drapeaux, les extrémistes juifs ne cessent de rappeler aux Palestiniens le jour où leur ville a été occupée par Israël, remuant ainsi le couteau dans la plaie historique qui ne s'est jamais refermée. 

Les provocations de cette année ont commencé lorsque des extrémistes israéliens ont dangereusement pris d'assaut un lieu dans lequel le culte juif est interdit, même en vertu de la loi israélienne, suscitant des inquiétudes quant à un complot israélien visant à modifier le délicat statu quo de Jérusalem. 

Dimanche, des groupes de nationalistes juifs d'extrême-droite ont fait irruption dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem avant la provocante marche du drapeau. 

Les groupes étaient dirigés par un chef de file d'un petit parti d'opposition ultranationaliste à la Knesset, tôt dimanche. Itamar Ben-Gvir a conduit ses partisans dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa. 

Simultanément, les forces israéliennes ont occupé le toit de la salle de prière al-Qibli dans l'enceinte dimanche matin et ont assiégé les fidèles qui s'y trouvaient pour permettre le passage des colons sans entrave, selon Al Jazeera. 

Les Israéliens ont empêché des journalistes et des photographes palestiniens d'entrer dans la mosquée Al-Aqsa et les ont menacés d'arrestation.

Les forces israéliennes ont tiré des balles en caoutchouc sur des manifestants palestiniens dans l'enceinte, afin de les disperser.

Selon la police israélienne, au moins 18 Palestiniens ont été arrêtés dans la vieille ville de Jérusalem-Est occupée.

Les événements de dimanche ont tiré la sonnette d'alarme quant à la volonté d'Israël de modifier le statut de la mosquée Al Aqsa. Le grand rabbinat d'Israël et la loi israélienne n'autorisent pas le culte juif dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa. Mais cela a été violé dimanche, ce qui a conduit les responsables de Jérusalem occupée à avertir que les violations qui ont eu lieu dans la mosquée Al-Aqsa lors de l'assaut des colons, qui étaient plus d'un millier dans la tournée du matin, sont le prélude à une nouvelle phase dans la mosquée.

Dans une interview accordée à Al-Araby Al-Jadeed, Azzam Al-Khatib, directeur général des dotations islamiques à Jérusalem, a déclaré que "les colons ont profané tout ce qui était auparavant interdit lors de leur assaut de la mosquée Al-Aqsa", et qu'ils ont effectué des prières, des danses et des "couchages" religieux sur le sol.

Al-Khatib a ajouté : " Ce que l'on dit de la situation religieuse à Al-Aqsa, les colons l'ont changé aujourd'hui, sous les yeux de la police et du gouvernement d'occupation..... Ce qui s'est passé aujourd'hui dans la mosquée Al-Aqsa est une chose dangereuse à laquelle nous n'avions jamais assisté auparavant."

Le directeur de la mosquée bénie d'Al-Aqsa, Omar Al-Kiswani, a déclaré à Al-Araby Al-Jadeed qu'il considère avec gravité ce que les colons ont fait. Al-Kiswani a indiqué que les autorités d'occupation veulent imposer une nouvelle phase à l'intérieur de la mosquée Al-Aqsa, tenant le gouvernement d'occupation entièrement responsable de ce qui se passe, et de toute réaction à cela.

C'est peut-être la raison pour laquelle Nasser Qaws, un dirigeant du mouvement Fatah à Jérusalem, a déclaré à Al-Araby Al-Jadeed : "Ce qui s'est passé à Jérusalem et dans la mosquée Al-Aqsa est un jour noir dans l'histoire de Jérusalem et de la mosquée Al-Aqsa."

La présidence palestinienne a également dû réagir aux provocations israéliennes à la mosquée Al-Aqsa, les qualifiant de "jeu avec le feu."

Nabil Abu Rudeineh, le porte-parole du président Mahmoud Abbas, a déclaré aujourd'hui qu'Israël joue de manière irresponsable et imprudente avec le feu en permettant aux colons de profaner les lieux saints de Jérusalem occupée et en intensifiant le meurtre de Palestiniens, selon l'agence de presse étatique WAFA.

Abu Rudeineh a déclaré à la radio Voice of Palestine qu'"Israël fait fi de la communauté internationale" et qu'il "ne respecte pas les décisions de la légitimité internationale et se considère au-dessus de la loi."
http://www.taghribnews.com/vdcbw8bsfrhbssp.kiur.html
votre nom
Votre adresse email