Date de publication7 Oct 2022 - 16:18
Code d'article : 568070

Le NY Times licencie un journaliste palestinien pour avoir soutenu la résistance palestinienne

Taghrib(APT)
Taghrib(APT)-Le photojournaliste palestinien, Hosam Salem, a été licencié par le New York Times en raison de publications sur les médias sociaux dans lesquelles il exprimait son soutien à la résistance palestinienne contre l'occupation israélienne.
Le NY Times licencie un journaliste palestinien pour avoir soutenu la résistance palestinienne
Dans une autre violation de la liberté de la presse par les grands médias américains cette semaine, le photographe palestinien Hosam Salem, tout comme la journaliste juive américaine Katie Halper qui a été licenciée par le Hill il y a deux jours, ne peut pas exprimer son opinion sur des questions liées au régime d'apartheid israélien et garder son emploi.

Le journaliste basé à Gaza travaillait en tant que pigiste pour le journal américain depuis quatre ans, mais il a été licencié après qu'une organisation pro-israélienne a alerté le journal sur des messages Facebook dans lesquels il avait exprimé son soutien à la résistance palestinienne.

"Après des années de couverture de la bande de Gaza en tant que photojournaliste indépendant pour le New York Times, j'ai été informé par un appel téléphonique abrupt du journal américain qu'ils ne travailleraient plus avec moi à l'avenir", a écrit M. Salem sur Twitter.

Salem a déclaré que l'organisation du lobby israélien Honest Reporting, qui existe pour attaquer le récit palestinien en Occident, a réussi à le discréditer, lui et deux autres journalistes palestiniens qui travaillaient pour le Times.

Dans les détails, il a déclaré que la décision a été prise sur la base d'un rapport préparé par un rédacteur néerlandais - qui a obtenu la citoyenneté israélienne il y a deux ans et travaille pour Honest Reporting.

"Mes posts susmentionnés parlaient également de la résilience de mon peuple et de ceux qui ont été tués par l'armée israélienne - y compris mon cousin - qui a décrit Honest Reporting comme des 'terroristes palemiens'", a déclaré Salem sur Twitter.

Selon Salem, non seulement Honest Reporting a réussi à mettre fin à son contrat avec le New York Times, mais il a aussi activement découragé d'autres agences de presse internationales de collaborer avec lui et ses deux collègues.

Il a ajouté : "Ce qui se passe est un effort systématique pour déformer l'image des journalistes palestiniens comme étant incapables d'être dignes de confiance et intègres, simplement parce que nous couvrons les violations des droits de l'homme que le peuple palestinien subit quotidiennement aux mains de l'armée israélienne."

Depuis qu'il a rejoint le Time en 2018, Salem a rendu compte d'événements critiques à Gaza, tels que les manifestations hebdomadaires à la barrière frontalière avec l'occupation israélienne. Il a mené une enquête sur le meurtre israélien de l'infirmière de campagne Razan Al-Najjar et, plus récemment, sur l'offensive israélienne de mai 2021 sur la bande de Gaza, qui a tué au moins 254 Palestiniens, dont 66 enfants, 39 femmes et 17 personnes âgées.

Le licenciement de Salem a lieu deux jours seulement après que la journaliste américaine juive progressiste Katie Halper a été licenciée par le média américain The Hill pour avoir défendu la description d'Israël comme un régime d'apartheid par un membre du Congrès, sur la base d'une liste de faits.

Halper, connue pour son podcast intitulé "Rising" pour The Hill TV, avait rédigé un monologue factuel pour défendre la représentante démocrate Rashida Tlaib contre les attaques dont faisait l'objet la législatrice du Michigan en raison de ses nouveaux commentaires anti-israéliens. 

Il y a quatre ans, Marc Lamont Hill avait été licencié par CNN après avoir prononcé un discours à l'ONU, dans lequel il appelait à libérer la Palestine de l'occupation israélienne.
http://www.taghribnews.com/vdca0anmw49niw1.z5k4.html
votre nom
Votre adresse email