Date de publication24 Jan 2022 - 11:26
Code d'article : 535721

Washington pose des conditions préalables au retour au PAGC

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)- L'envoyé spécial des États-Unis pour les affaires iraniennes, Robert Malley, a fixé une condition préalable pour que Washington revienne au PAGC malgré le fait que les États-Unis aient violé l'accord en s'en retirant en 2018.
Washington pose des conditions préalables au retour au PAGC
Malgré le fait que les États-Unis soient reconnus comme une partie ayant violé l'accord nucléaire entre l'Iran et le P5+1 en raison de leur retrait unilatéral du PAGC, le principal négociateur américain des négociations de Vienne Robert Malley, dans une interview accordée à Reuters, pose une condition préalable à l'Iran.

Les responsables iraniens ont déclaré à plusieurs reprises que les États-Unis ont été une partie à l'accord qui les a quittés malgré l'adhésion de Téhéran au PAGC et qu'ils devraient donc être la première partie à prendre des mesures pour se conformer à leurs obligations en vertu de l'accord pour revenir au PAGC.

Il est peu probable que les États-Unis concluent un accord avec l'Iran pour sauver l'accord nucléaire de 2015 à moins que Téhéran ne libère quatre citoyens américains emprisonnés en Iran, a déclaré M. Malley dans une interview accordée à Reuters.

Le principal négociateur américain a fait ces remarques alors qu'il avait auparavant déclaré que la question de la libération des doubles nationaux détenus en Iran était distincte des négociations nucléaires. Toutefois, dans cette nouvelle interview, il a déclaré que la libération de ces Irano-américains est une condition préalable à un accord nucléaire. "Ils sont distincts et nous poursuivons les deux. Mais je dirai qu'il est très difficile pour nous d'imaginer revenir dans l'accord nucléaire alors que quatre Américains innocents sont retenus en otage par l'Iran."

"Donc, même si nous menons indirectement des discussions avec l'Iran sur le dossier nucléaire, nous menons, encore une fois indirectement, des discussions avec eux pour assurer la libération de nos otages", a-t-il ajouté.

À la question de savoir si l'Iran et les États-Unis pourraient négocier directement, M. Malley a répondu : "Nous n'avons rien entendu à cet effet. Nous en serions heureux."

L'accord de 2015, plus officiellement connu sous le nom de plan d'action global conjoint (PAGC), a été signé par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU - les États-Unis, le Royaume-Uni, la Chine, la Russie et la France - plus l'Allemagne et l'UE. Malgré la reconnaissance par l'Agence internationale de l'énergie atomique du respect par l'Iran de toutes ses obligations, le gouvernement américain s'est retiré unilatéralement de l'accord en mai 2018.

Le gouvernement américain a imposé des sanctions sous divers prétextes, conformément à ses objectifs hostiles à l'Iran et à l'avancement de sa guerre économique contre ce pays.

Dans l'indifférence des parties au PAGC face aux violations continues du PAGC par les États-Unis, le Parlement iranien a adopté en décembre 2020 la loi sur le "Plan d'action stratégique pour contrer les sanctions et protéger les droits du peuple" qui a incité l'administration iranienne à restreindre les inspections de l'AIEA et à accélérer le développement du programme nucléaire du pays au-delà des limites fixées par l'accord nucléaire iranien de 2015.

L'Iran a également augmenté le niveau d'enrichissement de l'uranium au-delà du niveau autorisé par le PAGC, conformément à l'accord lui-même.

L'administration américaine actuelle n'a pas encore tenu les promesses faites par Joe Biden lors de ses campagnes électorales présidentielles de défaire les actions de Trump et de revenir à l'accord. Entre-temps, Téhéran a également souligné que le retour de l'administration Biden à l'accord sans levée des sanctions n'est pas du tout important.

L'Iran affirme que les sanctions américaines doivent être levées de manière vérifiable. Il estime également que Washington devrait fournir des garanties qu'il ne se retirera pas à nouveau.

Le huitième cycle de négociations sur la levée des sanctions anti-iraniennes a débuté le 27 décembre à Vienne, capitale de l'Autriche, et les négociateurs sont occupés à transformer des idées en mots et en phrases.

Au cours du précédent cycle de négociations, le premier sous la direction du nouveau président iranien Ebrahim Raïssi, l'Iran a présenté de nouvelles propositions à la table des négociations pour faire avancer les pourparlers et a ensuite critiqué les signataires européens du PAGC pour ne pas avoir suivi le mouvement et être restés passifs.
http://www.taghribnews.com/vdchimnmz23nxqd.4ft2.html
votre nom
Votre adresse email